08 février 2016

"Ma maîtresse c'est une artiste"

8février2016-maitresseartiste1

Cliquez pour agrandir.

Remarque : le 'd' de 'd'abord' s'est décalé sur la droite de la bulle, je l'ai repassé en blanc pour qu'on le voit. Ce n'est pas une erreur d'orthographe mais un décalage avec la bulle de parole.

 

Après qu'une élève ait dit "Maîtresse tu es la femme de Van Gogh!", plusieurs élèves ont acquiescé. Je leur ai expliqué qu'on pouvait être la femme d'un artiste sans être talentueuse pour autant. Et bien sûr, je ne suis pas la femme de Van Gogh !

Un élève a répondu : "Non mais tu es une artiste!"

Ce genre de moment, ça fait sourire et ça met du baume au coeur ! Ils voulaient ensuite tous que je les aide pour leur dessin !

 

Pour voir leurs productions c'est ICI !

Posté par Plume Blanche à 22:23 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,


07 février 2016

Le dimanche, un jour de repos ? Comment dire ...

Parce que beaucoup de personnes pensent que les dimanches pour enseignant riment avec ceci :

Source: Externe

J'aimerai leur dire comment la majorité de mes dimanches se déroule, et c'est le cas pour bien d'autres enseignants : ceux qui ont le soucis de préparer à l'avance leur semaine, qui se préoccupent des séances passées et futures, ceux qui prennent à coeur leur métier et en assument toutes les responsabilités...

Avant même de se lever, déjà, on pense à ce qu'il nous reste à faire. Je dois encore corriger les copies en géographie, je dois penser à écrire les appréciations dans les livrets, je vais commencer aujourd'hui parce qu'en semaine j'aurai moins de temps pour le faire.. Il faut que je prépare ma séquence en orthographe pour les CM2, et que je prépare le nouveau projet en art plastique sur le château de Versailles....

 

Quand on a trouvé la motivation pour corriger nos quatre piles de copies à 13h...

Source: ExterneGrande

Qu'on se rend compte qu'on a terminé à 16h...

Source: Externe

... et qu'on doit encore préparer notre semaine.

Source: Externe

Qu'on débute ou non, beaucoup de professeurs se reconnaîtront :)

Source: Externe

 

Bien sûr, on essaie de s'accorder des pauses le plus souvent possible, et on a bien le droit, on est en weekend non ?

Source: Externe

 

Bon courage à tous les enseignants, à tous ceux non-enseignants qui travaillent le weekend,
et à ceux qui le sont déjà : bonnes vacances :)

Posté par Plume Blanche à 16:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 janvier 2016

Les élèves se sont pris pour... #1 - Marc Allante

J'aurai pu aussi écrire comme titre 'à la manière de ...' mais on utilise trop souvent ce terme, nous les enseignants, alors j'ai voulu changer !

Mes élèves de maternelle (MS/GS) ont réalisé des oeuvres comme l'artiste Marc Allante :

712ee7c3-f066-4c65-b324-e980749ffb42

On fait couler de l'encre, une couleur ou plusieurs, puis on leur fait coller les silhouettes de différentes personnes (qu'ils choisissent).

On peut aussi faire coller la silhouette avant, placer de la pâte à modeler en guise de parapluie, puis faire couler l'encre. Celle-ci coulera le long de la pâte à modeler. Pour des élèves plus grands on peut leur faire carrément dessiner le parapluie et la ou les silhouette(s), puis placer la pâte à modeler avant le passage à l'encre.

C'était parfois drôle de voir que certains enfants traçaient le trait vertical, ils avaient du mal à laisser couler, à mettre beaucoup d'encre sur le pinceau. Certains nous ont dit, à mon ATSEM et à moi-même : "Mais ça va en mettre partout!". Bien sûr pensez à mettre une nappe ou des sacs plastiques pour protéger la table, et placez la feuille dans une barquette, pour que l'encre coule dedans, on peut ensuite s'en resservir.

Voici quelques productions d'élèves :

marcallante01

marcallante02

Ils ont vraiment apprécié cette activité. C'est toujours agréable pour eux de réaliser une oeuvre presque similaire à celle d'un artiste, ils sont encore plus fiers d'eux.

Posté par Plume Blanche à 19:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

24 décembre 2015

Projet MS/GS - Période 3 ~ À partir de l'album ... La Galette du Roi Loup

GrandeSource: Externe

Il y a deux ans environ j'avais fait réaliser un livre - à mes élèves de PS et MS - à partir de l'album La galette du roi Loup.

Cette année j'utilise de nouveau cette histoire, mais je vais faire faire à mes élèves un livre castelet. Quand j'étais petite, je me rappelle d'un livre où la couverture, cartonnée, disposait d'un trou rectangulaire sur le haut, ainsi on pouvait laisser le livre ouvert et se mettre 'côté intérieur' pour jouer avec les marionnettes et les faire passer dans cet espace, comme un castelet ! J'ai envie de faire la  même chose cette année, pour chacun de mes élèves, ainsi que les marionnettes qui vont avec !

J'en parle ICI sur le blog Rainbow in School si cela vous intéresse. Je détaillerai plus la partie de mon futur projet 'Livre castelet et marionnettes' début janvier, pour l'instant j'ai surtout publié des extraits du livre que mes anciens élèves ont réalisé et j'ai partagé des ressources trouvées sur Internet (fiches et activités à partir de l'histoire).

J'adore vraiment cette idée et j'ai hâte de la mettre en oeuvre ! Je suis impatiente également de finir les préparations, pour l'instant je n'en suis qu'au prototype. Je vous tiendrai probablement au courant aussi sur ce blog, en plus de l'article sur Rainbow in School.

 

À très bientôt,

Posté par Plume Blanche à 18:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

21 décembre 2015

Premier jour des vacances de Noël...

21déc2015vacancesmalade

 Dès le début des vacances, comme une mouche tu tomberas !

Posté par Plume Blanche à 09:15 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,


20 décembre 2015

Les élèves ont fait... #3 - Main en argile version Père Noël

J'avais plusieurs idées pour Noël, avec mes élèves en maternelle, et je suis restée sur celle-ci :

Source: Externe

Source

Le principe est simple : avec de la pâte à sel ou de l'argile l'enfant appuie sa main sur un rectangle de pâte avec une épaisseur de 1 cm minimum (si c'est trop fin, c'est fragile), il marque le contour avec un batonnet en bois ou un crayon de papier, et au fur et à mesure enlève le surplus. On n'oublie pas de faire un trou pour accrocher la main, avec le crayon de papier ! On peut aussi 'graver' avec le crayon de papier le prénom de l'élève au dos de la main, dans l'argile qui n'a pas encore séchée. Ensuite on laisse l'argile sécher à l'air libre (entre 4 à 5 jours).

Deuxième étape : la peinture. Une couche rouge sur le haut de la main ; une couche blanche pour le reste. Préfèrez de la peinture acrylique sur l'argile, ça tiendra mieux que la gouache et rendra tout de suite un effet verni. Pensez à marquer au crayon de papier la démarcation entre les deux couleurs, pour que l'enfant ne peigne pas tout en rouge ou tout en blanc. Il doit aussi peindre les bords, cela fait plus joli! Le temps de la récréation ou de la pause du midi pour que cela sèche, on peint ensuite en rose clair le visage du Père Noël (voir l'image ci-dessous). Les enfants ont mis des paillettes sur la peinture, surtout sur la partie rouge. On attend encore que cela sèche avant de passer au collage...

P1060106P1060108

Dernière étape : le collage du coton et des pompons (pour le nez et pour le bonnet).

P1060112

Un ruban blanc pour le suspendre à passer dans le trou,  puis un coup de spray argenté ou doré - à l'écart des enfants - à l'arrière des mains, la main est prête pour être emballée (dans du papier de soie pour nous).

P1060110bis

P1060111bis

D'autres idées sur Rainbow in School !

 

Qu'avez vous fait faire à vos élèves ? :)
Bonnes fêtes de fin d'année !

Posté par Plume Blanche à 14:08 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 décembre 2015

Ce matin, le Père Noël nous a rendu visite...

... et les enfants étaient émerveillés et les plus heureux du monde.

dessinnoelvisiteperenoel

C'était un agréable moment passé à les voir rire, chanter, partager leurs rêves et leurs désirs pour Noël.

Coiffés de leur bonnet de Noël, on aurait dit des petits lutins, c'était vraiment mignon.

Posté par Plume Blanche à 21:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

15 décembre 2015

Exercice de simulation du PPMS à l'école

Le PPMS, plan particulier de mise en sûreté, c'est une procédure de confinement à suivre dans le cas où une situation d'exception surviendrait.

Une situation d'exception car l'école se trouverait seule et isolée face à une quelconque castastrophe (plus de téléphone, d'électricité, intervention des secours très différée, les intervenants "locaux" étant eux-mêmes victimes ou dépassés par les demandes...). L'accident majeur causant cette situation peut être, par exemple : un nuage toxique situé dans la zone de l'école ou les environs, une inondation, un feu de forêt, risque nucléaire, avalanche, séisme, ... tout dépend de l'endroit où se trouve l'école. Le PPMS est adapté en fonction des régions et des structures situées à côté de l'école.

Si de telles choses surviennent, nous, enseignants, fonctionnaires de l'Etat et responsables des enfants, nous devons assurer leur sécurité jusqu'à la venue des secours.  En gros une fois arrivés au point de ralliement ils ne bougent pas et on attend. Passionnant hein ?

Source: Externe

La procédure est simple : tous les élèves et le personnel de l'école se retrouvent confinés (à l'abri) dans une salle de l'école. En général un préau, mais parfois non. Les salles de classe communiquant entre elles, c'est assez pratique si on ne peut pas se rendre dans le préau ou le réfectoire. Il faut aussi avoir un point d'eau à côté (toilettes). Nous devons, jusqu'à ce qu'on nous informe officiellement que le PPMS est terminé, rester enfermés dans l'école. La ventilation est coupée, les portes et fenêtres sont fermées, bref on est coupé du monde extérieur ! On doit même scotcher les fenêtres. Ca fait prison dit comme ça.. 

Source: Externe

... on reste simplement dans l'école, c'est tout.

J'en avais fait un l'année dernière, avec mes CM1. J'ai recommencé cette année, aujourd'hui plus exactement, avec des CM1 toujours. Mon rôle est le suivant (si jamais ça vous intéresse de savoir !) : je descends avec mes élèves dans la classe en dessous de la nôtre. Contrairement à l'alerte incendie où l'on doit quitter rapidement les locaux, là on peut prendre son temps pour rejoindre l'endroit de 'ralliement', le tout étant de ne pas sortir de l'école ! Je dois récupérer à deux endroits de l'école les PAI (dans le cas où des enfants ont des allergies, des soucis de santé qui les contraint à avoir du matériel médical) des enfants de l'école, puis je les dépose dans une des classes de ralliement prévue pour gérer les soins. Ensuite je tiens le rôle de Mme 'pipi', par groupe de 5 enfants maximum je les accompagne aux toilettes, sur le même étage, au bout du couloir. Intéressant n'est ce pas ? Nous sommes restés 'confiner' presque 1h30...

Du coup les gamins étaient bien contents de pouvoir bouger rien que pour aller aux toilettes. D'ailleurs ils étaient surexcités..

Source: Externe

Oui, oui, beaucoup allait aux toilettes comme cela. Ils étaient bien joyeux !

Heureusement, étant donné que c'était un exercice, les enseignants étaient informés, j'avais donc prévu de la lecture, du coloriage, etc... Je vais d'ailleurs en préparer dans une pochette à l'avance pour chaque classe où j'enseigne dans le cas où ça arriverait vraiment ! Parce qu'il faut les occuper les enfants !

Quand on lit les directives du ministère, il faudrait que les enfants soient assis, en silence...

Source: Externe

Mais oui bien sûr, on a plutôt ce genre de choses :

Source: Externe

Bon j'exagère, on arrive à les recadrer et à leur faire faire des choses dans le calme, mais ce n'est pas évident dans une classe prévue pour 30 élèves à peine de se retrouver avec d'un coup 50 enfants (minimum) à occuper, sans savoir quand on pourra rejoindre la classe... !

Et bien sûr, tu as beau mettre des affiches prévenant les personnes à l'extérieur qu'on fait un exercice pour le PPMS, qu'on ne doit en aucun cas ouvrir les portes et faire entrer ou sortir quelqu'un, tu en as toujours qui le font ou qui tentent.. Heureusement certains sont compréhensifs ! On a eu au moins 6 personnes durant 1h30 à vouloir rentrer pour X raisons.

Source: Externe

Au téléphone, la directrice et une des personnes voulant rentrer :
- "C'est un exercice dans le cas où nous devons rester confinés dans l'école. On ne doit donc pas vous ouvrir."
- "Mais il n'y a aucun danger donc vous pouvez me laisser rentrer, la cantine m'a appelée pour récupérer mon fils qui a eu une blessure aux dents. Je n'ai pas pu venir plus tôt mais je dois le récupérer!"
- "Je suis navrée c'est la procédure. Ordre du ministère, cet exercice doit se dérouler comme la procédure normale."

 ~ Je vous rassure nous nous étions occupés de l'enfant en question et il allait bien ! ~

L'essentiel c'est que cela s'est bien passé. Si ça se produit nous sommes prêts ! :)

 

Posté par Plume Blanche à 22:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

21 novembre 2015

Les élèves ont dessiné... ~ Messages d'espoir / Rendre hommage aux victimes des attentats

Lundi dernier, avec ma classe de CM2, nous avons donc parlé des attentats de Paris. Dans un premier temps sous le préau avec les autres classes de cycle 3, puis ensuite un peu plus tard dans la matinée dans la classe. C'était d'ailleurs appréciable car certains n'avaient pas osé prendre la parole devant la cinquantaine d'élève tôt le matin, certains n'avaient pas compris des mots et n'osaient pas demander ce qu'ils signifiaient.. J'ai donc pu les aider à mieux comprendre et surtout à ne pas faire de confusion ou faire l'amalgame entre islamiste et musulman.

C'est dans ces moments qu'on se rend compte qu'un enfant voit beaucoup de choses, il enregistre beaucoup d'informations (provenant de la télévision, de la radio, des réseaux sociaux...) et retient aussi beaucoup des conversations entre les adultes. Un enfant de cycle 3 (8 - 10 ans) est curieux, aime poser des questions, se questionne sur ce qui l'entoure. Ce qui est intéressant avec des élèves de cet âge là c'est qu'ils ont des choses à dire et qu'ils vont argumenter, on peut débattre avec eux et on arrive à leur faire comprendre ce qui se passe avec tout ce qu'ils ont vu ou entendu. Si par contre on a devant nous un enfant plus jeune, c'est délicat parce qu'il ne faut pas heurter leur sensibilité, il faut aussi les rassurer et ne pas leur mentir non plus. Des parents d'enfants scolarisés en maternelle n'ont pas dit un mot sur ce qui s'était passé à leurs enfants et une fois en classe ils ont entendu des choses, dans la cour aussi, et dans ce cas là c'est délicat de rassurer les élèves qui savent des choses par leurs parents, ceux qui viennent de l'apprendre par d'autres élèves et en même temps de continuer à ce que ceux qui ne savent pas ou ne comprennent pas soient toujours rassurés. Quoiqu'il en soit le plus important c'est de rassurer les enfants, leur dire qu'ils sont en sécurité. Même si vous ne le pensez pas entièrement, mettez vous à la place d'un enfant deux minutes. Celui qui a vu des choses horribles à la télévision, qui entend ses amis lui raconter tout cela, celui qui n'a rien entendu du tout et qui entend tout cela. On ne doit pas mentir à un enfant, mais ne l'alarmons pas pour autant. Oui il s'est passé des choses horribles le vendredi 13 novembre 2015, des personnes ont été cruelles, il y a eu beaucoup de souffrance, de tristesse. Mais il faut garder son sang froid et continuer de vivre.

C'était plus facile de commencer la semaine avec ma classe de CM2 et celle de CM1 le mardi. Plus facile parce qu'ils avaient déjà les mots pour raconter tout ça, parce qu'ils ont compris que c'était horrible. Certains ont pleuré, d'autres n'ont pas parlé. Ils ont tous dessiné des dessins, écrits des mots. On a affiché cela sur la fenêtre de la classe donnant sur la cour ou dans le couloir de l'école. Pour eux c'était quelque chose d'important à faire. Ils voulaient montrer qu'ils savaient ce qui s'était passé et qu'ils soutenaient les proches des victimes et les blessés. Et surtout ils ont retenu une chose importante : "tuer est le plus cruel des moyens pour faire passer un message, il faut qu'on vive tous ensemble pour être en paix" (parole d'un élève de CM2).

Voici les dessins de mes élèves de CM2 :

P1050953

P1050952P1050951

P1050954P1050950

(les prénoms sont floutés)

Pour le reste de la journée, autour des attentats, j'en parlais dans mon dernier article.

Pour la fin de ma semaine, du mercredi au vendredi j'étais en maternelle avec des moyens/grands, certains en ont parfois parlé : "c'est à cause des attentats qu'on ne fait pas chorale ?", "maîtresse, D**** il a fait un pistolet avec les cubes, il a pas l'droit c'est méchant!"

***

Quelques paroles d'enfants (en cycle 3) en vrac : ici

Posté par Plume Blanche à 13:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

Les élèves parlent des attentats...

 

"Ils n'auraient pas du tuer des gens, il aurait fallu qu'ils viennent voir notre président pour parler et on se serait mis d'accord." 

"C'est vrai qu'on est en guerre mondiale ?" 

"Ils veulent qu'on ait peur et c'est pour ça qu'ils sont venus alors que les gens s'amusaient et mangeaient." 

"Je ne comprends pas pourquoi ça a commencé au stade de France. Ils n'aiment peut être pas le foot.." 

"Si on est en sécurité, pourquoi on n'a plus le droit de faire des sorties ?" 

"Le Bataclan il va rouvrir ?" 

"Comment ça leur ait venu à l'esprit de tuer des gens ? Ils n'ont pas le droit de faire ça.. Tu crois maîtresse qu'ils regrettent d'avoir fait ça ?"

"On pourra aller déposer nos dessins à Paris ?"

"S'ils ont attaqué Paris c'est parce qu'il y a plein de monde là-bas, donc nous on ne craint rien parce que on n'est pas beaucoup ici, à ****** (ville de l'école)"

Posté par Plume Blanche à 13:28 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :